Accueil                                                                                                                                              
REFORME DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF AU BÉNIN :
L’intersyndicale compte mettre en marche le chronogramme des processus d’élections dans les entités Publié le 16 mars 2019

Rappeler les principes élémentaires qui doivent gouverner toute reforme dans le secteur de l’enseignement supérieur. Dans les prochains jours, l’intersyndicale compte mettre en marche le chronogramme des processus d’élections dans les entités pour installer les responsables légitimes, cela avec ou non l’acceptation gouvernement. C’est la quintessence de la conférence de presse animée par l’intersyndicale des Universités Publiques du Bénin ce mercredi 13 Mars 2019 dans l’amphithéâtre de l’Ex-Flash. Cette sortie a été d’abord une opportunité pour l’intersyndicale des universitaires de rendre hommage au Monseigneur Isidore de Souza a tiré sa révérence. A l’entame de la conférence de presse, Esaïe Gandonou, Secrétaire Général de l’Snes a rappelé que le moment est grave dans les universités publiques du Bénin. Selon lui, cette situation peut aboutir à un chaos si les reformes ne sont pas déboutées très rapidement. Il a également mis l’accent sur le fait que la réponse à la mauvaise gestion imputée aux universitaires par le gouvernement de la rupture n’est la suspension des élections mais plutôt le renforcement du système de sanction sans la partialité. Dans le même ordre d’idée Chrysal A. Kenoukon, Secrétaire Général Adjoint de l’Snes, a martelé que le chemin emprunté par le gouvernement dans les reformes est un chemin bancal. Tant que les documents de réforme au sein des universités publiques ne seraient pas à leur portée pour des amendements conjoints, ces réformes seront bloquées. Il faut comprendre que c’est un document qui doit répondre a cinq questions dont qui, quoi, quand, comment et pour quel résultat. À son tour, le doyen Aïnanon Augustin invité en tant que personne ressource a invité, le Conseil National de l’Enseignement à entretenir des relations souples avec les organes qui leur sont subordonnés. Il faut aussi rappeler qu’au lendemain de la marche des enseignants du supérieur sur le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS), tous les marcheurs ont reçu des demandes d’explication qui ont été inscrites à l’ordre du jour d’une petite assemblée générale extraordinaire ce 13 Mars 2019. Sans donner beaucoup d’explications, Esaïe Gandonou a confié à la presse qu’une réponse concomitante sera adressée dans un bref délai au ministre de tutelle.

Mohamed Bachirou OGBON/ Le Révélateur


Dossier
Gare à vous !:
C’est désormais une réalité, les 7 033 enseignants (...)
 + d'articles
Dossier
Déviances scolaires (27 mars 2019)
Bien que cachée, la tontine sexuelle est un phénomène qui (...)
 + de dossiers
REFORME DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF AU BÉNIN : (16 mars 2019)
Rappeler les principes élémentaires qui doivent gouverner (...)
 + d'articles
MOOCs, entre fantasmes et réalité, (17 mai 2019)
En Afrique, l’éducation supérieure voit ses effectifs (...)
 + d'articles
Baccalauréat 2019 : (14 mai 2019)
Les convocations des candidats à l’examen du Baccalauréat,
 + d'articles
MESSAGE DE CONDOLÉANCES (17 mai 2019)
C’est avec une grande consternation que nous apprenons (...)
 + d'articles
BENIN / GROUPE LOCAL EDUCATION (GLE) (10 mai 2019)
C’est le menu de la session extraordinaire du Groupe (...)
 + d'articles
 + d'images
 
 
 
 
 © RJCE-BENIN 2011-2015, All rights reserved Les partenaires de l'éducation | L'équipe | Contact | Adresses utiles